Qu'elle est l'influence de la rétroversion utérine sur la fertilité ?

 

Les mots soulignés renvoient automatiquement aux définitions de GyneDico.

L'utérus, organe interne, reste difficile à imaginer pour la femme.

C'est donc souvent une surprise quand, au détour d'une consultation gynécologique, on lui annonce que son utérus est antéversé ou rétroversé.

En effet, l'orientation de l'utérus n'est pas identique pour toutes les femmes dans le petit-bassin et l'on peut en avoir dont le fond regarde en avant, antéversé, ou en arrière, rétroversé.

La position antéversée est la plus fréquente avec 85 % des femmes alors que 15 % des utérus en moyenne sont rétroversés.

figure 1 : utérus antéversé
figure 2 : utérus rétroversé

Enfin, il faut savoir qu'il est fréquent pour une femme de passer de la position antéversée à la rétroversée et vice versa soit à cause d'une vessie pleine qui repousse l'utérus vers l'arrière soit au contraire d'un rectum plein qui le repousse en avant.

Habituellement, on est très rassurant quant à l'absence de répercussion de la position rétroversée qui n'est pas considérée comme pathologique.

Cela étant avons-nous bien la preuve de l'absence de répercussion sur la fertilité ?

EGBASE PE et coll. de la Maternité du Koweit en association avec le Service de Gynécologie-Obstétrique de l'hôpital Royal de Londres, Grande-Bretagne, ont effectué une très intéressante étude comparant la fertilité des femmes en fonction de leur orientation utérine dans le cadre très strict et très surveillé de la FIV.

Les auteurs ont analysés les résultats obtenus en FIV classique et en ICSI chez 807 femmes dont 308 utérus rétroversés (38 %).

Le tableau 1 résume les différentes analyses statistiques effectuées.

Tableau 1 : résumé des données de l'étude de EGBASE.

Utérus antéversé
(499)
Utérus rétroversé
(308)

Age

33,4 ans 34,1 ans

Durée de l'infertilité

7,2 ans 6,5 ans
Cause de l'infertilité :

trompe

33 % 35 %

masculine

43 % 40 %

micropolykystose ovarienne

18,5 % 17,5 %

indéterminée

5,6 % 6,8 %
Evénements gestationnels :

taux de fécondation

72,5 % 71 %

taux de division embryonnaire

93 % 91 %

nombre d'embryons transplantés

2,8 2,7

taux d'implantation

21,5 % 18 %

grossesse évolutive

44 % 38 %

On peut dire qu'aucune différence statistiquement significative n'a été détectée pour tous les paramètres étudiés entre les patientes qui ont un utérus antéversé et celles qui ont un utérus rétroversé.

Les petites variations dans les résultats entre les deux groupes qui apparaissent dans le tableau ne sont pas suffisamment importantes pour être significatives. Les calculs statistiques montrent que le simple hasard suffit à les expliquer sans que ce soit la preuve d'une réelle différence.

Cette étude confirme donc une fois de plus que l'orientation de l'utérus n'a pas de conséquence sur la fertilité des femmes.

Elle n'est pas non plus source de difficultés particulières lors de la phase de transplantation des embryons qui nécessite l'introduction d'une petite sonde par le col de l'utérus et réputé plus difficile en cas de rétroversion..

L'utérus rétroversé ne représente donc pas une anomalie gynécologique.

Il s'agit d'une simple variante de la normale de la même manière que les cheveux blonds et bruns sont deux variantes de la normale.

Pour GYNEWEB par le Docteur J-M BRIDERON (Gyn-Obs) le 21/12/01

EGBASE PE et coll. "Influence of position and length of uterus on implantation and clinical pregnancy rates in IVF and embryo transfer treatment cycles." Hum Reprod 2000;15:1943-6