Les autres techniques de stérilisation féminine

La stérilisation féminine par voie hystéroscopique

Dr Christian Fossat


La stérilisation féminine est une procédure qui consiste à obstruer les trompes de Fallope (dont la fonction est d'acheminer l'ovule de l'ovaire à l'utérus), ce qui empêche les spermatozoïdes de rejoindre l'ovule et de le féconder. Cette procédure met fin à la fécondité de la femme. 

La stérilisation féminine présente l'avantage d'être sans danger, d'être dénuée des effets secondaires associés aux méthodes temporaires de contraception, de ne pas nécessiter de visite de suivi ni d'ordonnances à renouveler. 

Avantages

* Procédure très efficace, résultats immédiats
* Permanente et définitive
* Absence d'effets secondaires systémiques
* Ne gêne pas l'acte sexuel
* Facile à utiliser

Inconvénients

* Risque de regret
* Intervention chirurgicale (et gêne associée)
* Ne protège pas contre les MST ni le VIH
* Dans l'éventualité rare où l'opération échoue et la femme devient enceinte, le risque de grossesse extra-utérine est très élevé 

Effets secondaires possibles :

* Douleurs légères et sentiment de gêne pendant et juste après l'intervention
* Les complications associées à l'anesthésie ou à l'intervention elle-même sont rares 

Les différentes techniques

Deux voies d'abord 

peuvent être utilisées pour accéder aux trompes de Fallope : la laparotomie ou la cœlioscopie

La laparotomie 

Surtout utilisée quand la stérilisation est faite au cours d'une intervention réalisée pour une autre raison : césarienne, chirurgie des annexes...

Lorsque l'incision abdominale n'est pratiquée que pour la stérilisation, une minilaparotomie de quelques cm

L'incision abdominale permet un accès direct aux trompes. Cette technique est idéale pour les centres de santé isolés, car elle n'exige aucun équipement spécial.

La cœlioscopie

utilise un instrument optique qui est introduit à travers la paroi abdominale (en général par l'ombilic) pour observer l'appareil génital et les trompes de Fallope et guider l'intervention. 

Une deuxième incision d'environ 1 cm, en général sus pubienne est utilisée pour introduire l'instrument de stérilisation. Cette technique requiert un environnement médical plus complexe.

Quatre méthodes de stérilisation tubaire sont couramment employées. 

L'intervention se fait normalement sur l'isthme de la trompe, c'est à dire sur la partie mince des trompes de Fallope la plus proche de l'utérus.

Salpingectomie partielle : 

c'est la technique utilisée au cours d'une laparotomie. Les trompes de Fallope sont sectionnées, puis suturées. La technique de Pomeroy, très utilisée, consiste à former une petite boucle sur la trompe pour en couper ensuite la partie supérieure. La salpingectomie partielle est considérée comme une méthode sûre, efficace et facile à apprendre. Elle ne nécessite aucun équipement spécial et peut être pratiquée avec de simples ciseaux et du fil de suture. 

technique de Pomeroy

Clips : 

les clips agissent en provoquant une occlusion totale d'une petite section des trompes. Les tissus cicatriciels ou fibreux empêchent ensuite la fécondation de se produire. Les deux types de clips les plus utilisés sont le clip de Filshie en titane et le clip de Hulka en plastique. Les clips sont faciles d'emploi, mais chaque type requiert un applicateur d'un modèle spécial.

Clip de Filshie

 

Anneaux en silicone : 

les anneaux tubaires agissent comme les clips en obstruant les trompes. Une section très courte de la trompe est passée à travers l'anneau écarté et, une fois relâché, ce dernier interrompt la circulation sanguine. Le tissu cicatriciel empêchera le passage des spermatozoïdes ou de l'ovule non fécondé. L'anneau en silicone de Yoon est très utilisé.

Electrocoagulation : 

cette technique utilise un courant électrique pour coaguler ou cautériser une courte longueur de chaque trompe de Fallope. En coagulation unipolaire, un courant circule d'une pince appliquée sur les trompes vers une électrode située sous la cuisse de la patiente. Cette technique est rarement employée, car elle présente un risque élevé de lésion des organes. En coagulation bipolaire, le courant électrique pénètre dans le corps et en ressort par les deux extrémités de la pince. La technique bipolaire est moins dangereuse, mais aussi légèrement moins efficace que la technique unipolaire.

Efficacité

Le taux d'échec des clips et anneaux est de l'ordre de 1%, celui de la technique de Pomeroy est de l'ordre de 0,2%

Réversibilité

La stérilisation féminine est conçue comme étant définitive.

Il arrive cependant que la femme ayant subi une stérilisation tubaire désire à nouveau une grossesse.

Il est possible de réaliser une reperméabilisation chirurgicale des trompes dont les chances de succès sont d'autant meilleures que la technique initiale n'a lésé qu'une petite partie de la trompe. C'est le cas avec les clips de Filshie. Mais les taux de succès ne dépassent pas 50% et il existe un risque accru de grossesse extra utérine.

Si la lésion initiale de la trompe est trop importante pour tenter une reperméabilisation chirurgicale, ou après échec de celle ci, il est possible de recourir à la Fécondation in Vitro